Sélectionner une page

Lorsqu’on est timide, on a un don pour attirer à soi ou provoquer des situations embarrassantes. Souvent on ne sait pas comment réagir à cela, on n’a qu’une seule envie : disparaître de la surface de la Terre… non je dirais même plus : disparaître de la surface de l’Univers. Mais vu qu’on n’a pas encore appris à devenir invisible à volonté, voici une solution : l’autodérision ou l’art de rire de soi.

 

Ce jour-là, j’ai pensé que j’allais mourir de honte…

 

C’était il y a une dizaine d’années, j’avais été embauchée comme vendeuse/caissière sur un bateau de croisière. Dès mon arrivée, on me mit toute seule au glacier sans rien m’expliquer. Je m’étais dit que de toute façon ce n’était pas bien sorcier de faire des cônes. Sauf que ça devient vite compliqué si tu ne sais pas qu’il faut tremper la cuillère à glace dans de l’eau chaude entre chaque boule. Après plusieurs cônes qui ne ressemblaient à rien, un client eut finalement pitié de moi et me révéla l’astuce. La journée terminée, mon chef me demanda de fermer la boutique. Ok, j’ai pris la manivelle et je l’ai tournée pour faire descendre le rideau de fer. Dommage… je n’ai pas vu à temps que la manivelle s’était encastrée dans le faux plafond…et celui-ci est tombé. Je venais de détruire une bonne partie du faux plafond de la boutique. J’étais littéralement en train de me liquéfier devant mon chef. Je bafouillais des excuses, rouge comme un sorbet à la fraise.

 

Heureusement que la honte ne tue pas…

 

Mon chef me dit d’aller nettoyer les cuves de glace vides. Ok, j’aurais fait n’importe quoi pour remonter dans son estime. J’ai pris éponge et liquide vaisselle et j’ai commencé à nettoyer les cuves. Après quelques minutes, une collègue vint me voir et s’exclama : “Jessica, pourquoi tu fais ça à la main ? Tu sais qu’on a un lave-vaisselle? Viens, mets tout dedans”. Super, ça irait beaucoup plus vite. J’ai mis toutes les cuves que j’étais en train de nettoyer dans le lave-vaisselle et je suis retournée ranger la boutique. Après quelques instants la collègue se précipita vers moi : “Jessica, qu’est-ce que t’as fait avec le lave-vaisselle?” “Ben rien, j’ai tout mis dedans.” (Je tiens à préciser que c’était la première fois que j’utilisais un lave-vaisselle) “Vite, viens voir !” Je courus vers la cuisine et là… le lave-vaisselle était en train de cracher des montagnes de mousse. Il y en avait partout, la cuisine ressemblait à une Mousse Party géante !!! A ce moment-là, j’ai appris qu’il ne fallait surtout pas mettre de liquide vaisselle dans le lave-vaisselle…

 

Rire de soi : une des clés du bien-être

 

Ok, ça faisait beaucoup pour une première journée. Je me voyais déjà abandonnée par le capitaine sur une île déserte ou jetée aux requins. C’était le moment de réagir. J’aurais pu me dire :”tu es nulle, tu es bête, tu fais toujours n’importe quoi…” J’aurais pu pleurer, me morfondre, déprimer. J’ai choisi une autre solution : l’autodérision, l’art de rire de soi. J’ai regardé ma collègue et je lui ai dit : “Wouahou j’ai vraiment fait ma blonde là, je suis sûre que je détiens le record des pires catastrophes accomplies en une seule journée !” La collègue a éclaté de rire et moi aussi. Elle m’a dit: “Ca c’est sûr !” puis elle m’a aidée à nettoyer la Mousse Party.

J’ai retourné la situation à mon avantage. Rire de soi demande de l’entrainement. Au début, ce n’est pas facile car nous sommes habitués à nous dévaloriser sans cesse. Lorsqu’un évènement ou une situation désagréable ou stressante nous arrive, nous avons des difficultés à prendre de la distance et nous nous laissons submerger par des pensées er des émotions négatives. Nos réactions, nos mécanismes de défense sont automatiques et nous perdons le contrôle. Nous bafouillons, nous rougissons, nous devenons très maladroits et j’en passe… Alors, comment faire pour sortir de cette mauvaise habitude ?

 

Comment apprendre à rire de soi

 

L’autodérision, c’est rire de soi-même mais c’est aussi plus que ça. C’est tout d’abord, apprendre à s’accepter avec nos défauts et nos faiblesses. Dans notre société, dès notre enfance, on nous enseigne que se tromper c’est mal. On fait tout pour cacher nos défauts pour être le plus “parfait possible”. STOP ! C’est l’heure de redevenir nous-mêmes !

Tout d’abord, il est important d‘être bienveillant avec nous-mêmes et cela commence par changer la façon dont nous nous parlons. Dans un premier temps, on va minimiser l’impact de ce que nous nous disons. On va dire par exemple que j’ai cassé un verre. Mon premier réflexe serait de me dire: “je suis vraiment maladroite”. C’est une affirmation, j’utilise le verbe être pour me décrire, c’est comme si je me collais une étiquette de maladroite sur le front. Regardez comme la phrase change si je me dis plutôt “j’ai agi de façon maladroite en cassant ce verre”. Pas d’étiquette sur mon front, tout repose sur l’action momentanée qui a été maladroite. En se basant sur l’action que nous avons faite, nous prenons de la distance avec la situation. Rappelez-vous d’utiliser des verbes d’action et d’éviter de commencer des phrases par “je suis…” si ce n’est pas positif !

 

Adoptez la “positive attitude”

 

Ensuite, remplacez les mots ou les phrases dévalorisantes qui nous viennent tout de suite à l’esprit par des choses positives. Par exemple: “j’ai vraiment fait n’importe quoi, je suis nulle” que l’on remplace par “là, j’ai bien compris la leçon, je ferais mieux la prochaine fois”. De cette façon nous changeons de point de vue, nous ne sommes plus bloqués par le fait passé mais nous nous tournons vers le futur et vers ce que nous avons appris de nos erreurs. En nous acceptant profondément tels que nous sommes avec nos défauts et nos faiblesses, nous améliorons peu à peu notre confiance en nous ainsi que l’estime de nous.

Enfin, partagez votre situation avec les autres et bien sûr, avec humour et en étant bienveillant avec vous-même. Vous pouvez par exemple caricaturer à l’extrême vos traits physiques (le stéréotype de la blonde dans mon cas), vos traits de caractère, vos faiblesses et vos défauts… à condition que vous vous respectiez en le faisant. Pas question de se rabaisser ou d’être cruel avec soi-même, ok ? Le fait de rire de mes mésaventures sur le bateau avec ma nouvelle collègue m’a permis de créer des liens avec elle. Nous devenons très humains, authentiques en montrant que nous sommes vulnérables et surtout que nous avons la force d’accepter nos défauts et nos faiblesses en riant de nous-même. Croyez-moi c’est une qualité que l’on va beaucoup vous envier ! Vous pouvez vous entrainer chez vous, avec votre famille, avec vos amis puis en présence de personnes que vous ne connaissez pas, ou même en faisant du théâtre ! Avec un peu d’exercice, cela deviendra tellement naturel que vous le ferez même sans y penser !

 

Et de votre côté, quelle est la dernière fois que vous avez ri de vous-même ? Partagez votre expérience dans les commentaires !

 

(Photo by Ilya Yakover on Unsplash)

Pin It on Pinterest