Cet article sur l’enfant timide a été réalisé à partir d’une interview avec Cécile Amiel du blog Leo-Melrose sur la Parentalité Ludique. 

 

Cécile, que peux-tu nous dire sur la timidité chez l’enfant ? 

 

La vraie timidité, il n’y en a pas tant que ça surtout chez les enfants. En fait, en tant que parents nous la construisons chez nos enfants. Il y a vraiment un danger en tant que parent et en tant qu’adulte de qualifier les enfants de “timides”. C’est leur coller une étiquette sur le front. 

 

Eviter de coller l’étiquette “enfant timide”  

 

Je compare ça à des étiquettes collées sur des meubles. Quelquefois elles sont là si longtemps qu’elles finissent par faire partie intégrante du meuble ou du produit que vous avez acheté, si bien que vous n’arrivez plus du tout à la décoller. Au départ, elle aurait pu se décoller si vous aviez juste tiré dessus et si vous ne l’avez pas fait et elle est restée. 

 

Et chez nos enfants c’est la même chose en fait. Si on qualifie nos enfants de “timides”, on va coller ça sur eux comme faisant partie de leur personnalité. Après, inconsciemment ils se disent : ” Tout le monde dit que je suis timide donc je suis timide. Je vais me l’approprier comme une qualité intrinsèque, comme si c’était quelque chose qui faisait vraiment partie de moi.” Par la suite, il est difficile de s’en débarrasser parce qu’une fois qu’on l’a à l’intérieur, si on l’externalise pas, on ne peut pas travailler dessus. On se dit qu’on ne peut pas avoir de prise dessus. Donc il est important de ne pas qualifier nos enfants même avec d’autres qualificatifs comme “agressif, colérique…” 

 

Les enfants peuvent, dans une situation donnée, faire preuve de timidité et on peut les aider à vaincre ça. C’est un processus de les accompagner à vaincre ça, à supplanter ça, parce que c’est logique. Comme toi Jessica, qui a mis pas mal d’années à surmonter ça. On a tous des peurs à un moment dans une situation donnée et dans d’autres situations on va être plutôt à l’aise, ça veut dire qu’on peut changer les choses. On peut les changer si on est persuadé que ce n’est pas lié à soi, à sa personnalité mais à quelque chose d’extérieur à nous sur lequel on peut travailler. 

 

S’il vous plaît parents, arrêtez de dire que vos enfants sont timides ! Vos enfants ne sont pas timides, ils ont seulement besoin de temps parfois pour “décongeler”. Ils ont juste besoin qu’on les accompagne pour être plus à l’aise. On a tous, même en tant qu’adulte, parfois des difficultés dans la communication avec les autres. On peut être à l’aise avec quelqu’un et pas avec une autre personne. La communication ça s’apprend, surmonter ses peurs, ça s’apprend aussi. Donc voilà, arrêtez les étiquettes ! 

 

Ok ! Et si l’enfant est déjà dans la période “timide”, que pouvons-nous faire pour l’aider ? 

 

Par le jeu, par tout ce qui est ludique. Parce que le jeu c’est le langage des enfants et donc jouer avec nos enfants c’est une manière d’entrer en relation, de communiquer avec eux. De cette façon on se met à leur portée. Il existe beaucoup de jeux qui aident à dépasser la timidité. Les meilleurs jeux quand on a des enfants jeunes, ce sont les jeux de contact physique qui vont donner confiance. On sous-estime souvent le pouvoir du jeu, en se disant que c’est un truc accessoire pour les enfants, que c’est juste divertissant mais c’est pas ça, en fait c’est le langage des enfants c’est celui le plus simple à utiliser. 

 

Donner confiance à l’enfant timide à travers le jeu de rôle

 

On peut jouer par exemple à des jeux de contact physique où l’on va soi-même représenter la timidité mais la timidité qui se plante. On va faire un jeu de rôle. 

 

Il y a l’enfant en face de moi et on lui demande de rejoindre l’autre parent derrière moi. L’enfant a très envie d’aller jouer avec le parent mais il a peur donc il est pris entre deux émotions. Moi je représente la peur un peu maladroite qui va rater. Donc mon enfant essaie de passer et puis il va réussir, pourquoi ? Parce qu’il va passer entre mes jambes ou me renverser en arrière, il réussit à me mettre K.O. dans le jeu. Puis de l’autre côté, l’autre parent l’accueille.

 

Tous les jeux de contact physique, en fait, aident les enfants à prendre confiance. D’ailleurs, ça aide aussi les enfants qui ne sont pas à l’aise avec leur corps, qui sont plutôt agressifs ou qui ont un surplus d’énergie, ça va les aider à canaliser cette énergie. Donc les jeux de contact physique ça va les aider à prendre confiance en inversant les rôles. C’est-à-dire qu’on représente le plus faible en tant qu’adulte et en challengeant un peu son enfant on va l’obliger à mettre toute son énergie pour surmonter cette peur symbolique qui est nous-même en face en résistance et ça c’est un super jeu. C’est un des exemples de jeux de contact physique que je recommande à 100% pour prendre confiance.  

 

Faites rire votre enfant et encouragez-le ! 

 

Après il y a d’autres astuces comme par exemple faire rire nos enfants, parce que le rire c’est un outil libérateur. Pour leur donner confiance, c’est comme on a dit, enlever les étiquettes mais aussi les encourager pour ce qu’ils font et ne pas leur couper l’herbe sous le pied quand ils entreprennent des choses.

 

Par exemple, quand ils ont dans un parc, dans une aire de jeu, souvent on a tendance à dire “attention ! attention ! attention !” quand ils sont en train de grimper à l’échelle ou au toboggan “attention tu vas tomber”. Rappelez-vous, les enfants sont là pour expérimenter, pour découvrir. Il faut les laisser prendre “les risques”, parce que c’est comme ça qu’ils apprennent. C’est important de les laisser faire, de les laisser explorer. 

 

J’aime bien dire que c’est important que les enfants découvrent les conséquences naturelles de ce qu’ils font. Evidemment, on ne va pas les laisser traverser la route ou le boulevard au milieu du trafic, on n’est pas des kamikazes. Il faut quand même les protéger mais des fois on est surprotecteur dans des situations où il n’y a pas besoin en fait. Typiquement, s’ils tombent ils ne vont pas tomber de très haut, et en général ils sont plus agiles qu’on ne le pense. En disant “attention ! attention ! attention !”, ça leur met la pression, ils prennent moins d’assurance et ils vont plus avoir tendance à tomber. Voilà, donc les encourager à explorer c’est une autre bonne astuce. 

 

Jessica : Et aussi les encourager quand ça ne fonctionne pas comme ils veulent, il est important d’être présents pour eux et de les encourager à progresser. Quand on est timide, on a tellement peur de rater qu’on préfère rester dans l’inaction. C’est pas grave de ne pas y arriver, ça fait partie de la vie.

 

Cécile : C’est pas un échec c’est un apprentissage !

 

 A quels moments votre enfant devient timide ? Dites-le moi dans les commentaires !

 

Pour aller plus loin, voici une super vidéo où Cécile vous dévoile 3 jeux pour aider votre enfant à vaincre sa timidité  ! 😉 

Pin It on Pinterest

Share This