Si on cherche dans le Larousse, la timidité a deux définitions : l’une est “le manque d’assurance, de hardiesse dans ses rapports avec autrui”, l’autre est “le manque d’audace dans une action, une réalisation”. Franchement pour l’avoir vécue, cette explication me semble un peu trop réduite… mais en même temps comment réussir à mettre les bons mots sur quelque chose d’aussi complexe ? Voici quelques-unes de mes réflexions sur la timidité.

Timidité : Je suis elle, elle est moi

Il y a autant de timidités que d’individus. Souvent quand on est timide, on pense que la timidité fait partie intégrante de notre personnalité, de notre caractère. C’est en partie pour ça que l’on a tant de difficultés à s’en défaire. Inconsciemment, on a peur: “Si on m’enlève la timidité, qu’est-ce qu’il restera de moi?” “Qui suis-je sans la timidité?” Pendant plus de 30 ans, je me suis déterminée par rapport à elle… “Jessica est timide”, c’était complètement naturel. Je parle ici de timidité maladive et non pas de timidité occasionnelle que nous aborderons une autre fois.

Rien qu’une étiquette

La timidité, c’est juste une étiquette, une saleté d’étiquette. Peut-être qu’elle a défini un type de comportement (peur ou crainte) que je pouvais avoir parfois, peut-être qu’elle a pris vie à travers la voix des autres comme une terrible sentence : “elle EST timide”. Etre ! Nous ne parlons jamais assez du pouvoir que les mots ont sur nous : celui de nous faire grandir ou celui de nous détruire. Inconsciemment, nous avons besoin d’être conformes aux attentes de certaines personnes comme nos parents, nos professeurs, nos chefs…    Est-ce que ça vous est déjà arrivé que l’on vous déclare nul(le) dans une certaine matière à l’école (pour moi c’était les mathématiques) et du coup que vous ayez pensé : “A quoi bon réviser je ne suis pas bon(ne) dans cette matière”. Un cercle vicieux.

A qui la faute ?

Le point important dans tout ça, et ça va peut-être en remuer certains d’entre vous, c’est qu’on a notre part de responsabilité dans la timidité. Je vous entends déjà: “Non, mais qu’est-ce que tu dis? Je suis né comme ça! C’est à cause de mes parents, de l’école etc…”  Ok, mais ce n’est pas tout : à un moment donné, inconsciemment, NOUS AVONS ACCEPTE CETTE ETIQUETTE qu’on nous présentait et nous l’avons faite nôtre, en êtes-vous conscient ?

C’est en prenant conscience des choses que l’on peut agir dessus. Bien sûr, cela comporte aussi de prendre le temps de réfléchir sur nous-mêmes. Ca peut être désagréable sur le moment, on ne va pas se le cacher, mais c’est la voie pour reprendre notre vie en main et enfin vivre. Ca en vaut vraiment la peine, n’est-ce pas?

En une phrase, la définition que je lui donne, c’est que la timidité est un comportement passager de crainte ou de peur qui peut devenir permanent si on y trouve des bénéfices plus forts que des inconvénients. A méditer, chers amis !

Que pensez-vous de la définition que je donne de la timidité ? Que représente la timidité pour vous ? Partagez votre avis avec la communauté en écrivant un message dans les commentaires !

(crédits photo: André CAUJOLLE)

 

Pin It on Pinterest

Share This